Fabienne Gérin-Jean Architectes

Parution Métalmorphoses n°18 Mai 2016 par Arcelor Mittal

Profils à ondes irrégulières L’art du plissé « couture ».

Parution du Gymnase des Bruyères à  Asnières, dans la revue Métalmorphoses n°18 Mai 2016 par Arcellor Mittal.

Grâce à une vêture réfléchissante et vibrante, le nouveau complexe multisports des Bruyères d’Asnières-sur-Seine s’insère en douceur dans un contexte urbain très enclavé, sans porter ombrage aux jardins et pavillons environnants.

Foin des tensions avec le voisinage ! L’ancien gymnase des Bruyères n’est plus… aujourd’hui remplacé par un complexe multisports flambant neuf comprenant une grande salle de sport, une salle de danse, une salle de judo, un terrain multiactivités et un parking public souterrain de 110 places.

En dépit d’un gabarit très serré, le projet s’inscrit dans une forme simple, qui a permis de dégager un parvis d’entrée largement dimensionné. Le gymnase se place ainsi au cœur du terrain. Le bâtiment à construire étant plus important que l’ancien en limite nord et pour ne pas porter ombrage aux jardins environnants, la construction est légèrement surbaissée. Afin de trouver une matérialité qui fasse « disparaître » le nouveau volume, les architectes ont opté pour une façade composée d’un pliage métallique à ondes irrégulières comme un plissé de tissu, en continuité de matière avec la toiture.

Grâce aux différents types d’ondes disponibles avec chaotic®, ils ont pu « numéroter des profils en fonction des plis, puis établir des trames de façade, et ensuite jouer sur des variations en toute liberté. » La teinte nacrée du bardage contribue elle aussi à l’intégration du volume, en reflétant avec douceur et discrétion son environnement. Le traitement de la lumière a fait l’objet d’une attention particulière, avec la mise en œuvre de lames perforées au sud, qui laissent passer et filtrent la lumière, de manière à minimiser les éclairages nocturnes notamment.

Depuis les immeubles collectifs voisins de grande hauteur, le gymnase et le terrain de sport se perçoivent comme deux grandes « plages » rectangulaires juxtaposées dans une même géométrie. Un pavillon d’entrée, plus bas, se glisse devant les trois salles de sport pour accueillir les usagers, scolaires et associations, ainsi que les accès piétons au parking public.

Très satisfaits de la précision et de la liberté apportées par le relief aléatoire de ce profil de façade, les architectes du cabinet Fabienne Gerin-Jean travaillent déjà sur deux nouveaux projets mettant en œuvre ce même principe d’enveloppe.